Comment réussir dans l’auto-édition ? Partie 3 : Encourager le succès et l’entretenir

Voici le dernier article de ma série Comment réussir dans l’auto-édition ? J’espère que vous aurez profité de mes conseils et qu’ils vous seront utiles pour réaliser vos projets littéraires !

Vient maintenant une étape cruciale. La mise en avant de votre livre vous rapportera des ventes. Combien ? Impossible à dire. Assez peu probablement, à  moins que vous ne soyez un génie de la communication. Rassurez-vous, il n’y a pas de fatalité aux ventes au compte-goutte. Le marketing répond à des règles et il possible de provoquer le succès et de surfer dessus ensuite.

Travail préparatoire : rendre son livre attractif

Avant toute chose, il est primordial de travailler les éléments suivants, par ordre d’importance :

1) la couverture : faites-la faire par un professionnel, quelqu’un qui maîtrise son sujet. Même si cela peut être cher, cela vaut vraiment l’investissement.

2) la description du livre : raconter l’histoire de votre livre brièvement pour donner envie au lecteur de le lire, pas besoin de faire long.

3) votre biographie : dites qui vous êtes, quelle est votre démarche, ce qui vous a poussé à écrire… Pas besoin de faire long non plus.

Cela peut sembler évident mais ce sont des éléments essentiels puisque ce sont les seuls critères de choix d’un livre pour un lecteur (si on fait abstraction de son classement et des commentaires clients).

L’effet boule de neige et les promotions 

L’objectif est d’arriver en tête du classement des ventes. Pourquoi ? Car si vous êtes en tête, Amazon fera le travail de promotion à votre place et exposera fièrement votre livre dans son classement. En suivant la règle que « les ventes entraînent les ventes » (le fameux « effet boule de neige »), votre livre se vendra de lui-même et vous aurez accompli le plus difficile. Votre livre sera mis « en une » (d’où l’importance qu’il soit le plus attractif possible).

Le rêve de tout écrivain : avoir cette courbe de vente

Le rêve de tout écrivain : avoir cette courbe de vente

Nous sommes aujourd’hui dans une époque du « buzz », c’est-à-dire du phénomène de masse qui se produit dans un laps de temps très court. Il s’agit de faire le plus de bruit possible pour être entendu par le plus grand nombre. L’auto-édition n’échappe pas à cette règle. Étonnant non ? Bien au contraire. L’auto-édition est le produit d’Internet et répond à la même règle que tous les produits vendus sur le Net, à savoir la règle cardinale de la rapidité, voire même de l’immédiateté. Amazon et toutes les plateformes semblables élaborent le classement de leurs ventes en fonction du flux des ventes réalisées, non pas en fonction du nombre d’exemplaires vendus dans l’absolu. C’est pourquoi un livre, qui jusqu’à présent n’avait jamais enregistré la moindre vente, peut se retrouver en tête du classement après plusieurs dizaines d’exemplaires vendus en quelques heures. Le livre en question aura « fait le buzz », attiré l’attention des lecteurs. C’est un peu déroutant et même contre-intuitif puisqu’on peut penser qu’il vaut mieux avoir des ventes régulières étalées sur la durée que beaucoup de ventes durant une courte période de temps.

Pour cela, vous avez une arme redoutable qu’il vous faut utiliser avec soin : les promotions.

Vous avez tout d’abord la possibilité d’utiliser les promotions gratuites mises à votre disposition par Amazon. Je ne suis cependant pas convaincu de leur utilité. En effet, la gratuité fait perdre au livre toute sa valeur, il sera acheté par un Internaute sans réfléchir, simplement parce qu’il est gratuit. Il n’est de surcroît pas certain que le livre soit lu et intéresse vraiment le lecteur.

En revanche, une promotion « payante » est bien plus puissante. Vendre son livre 1€ au lieu de 3€ pendant quelques jours a beaucoup plus d’impact que le vendre gratuitement. D’une part, l’acheteur aura un a priori positif sur le livre (la gratuité est suspecte : peut-on vraiment avoir quelque chose de qualité gratuitement ?) et d’autre part, vous toucherez bien mieux votre lectorat-cible. En effet, les personnes qui peuvent être intéressées par votre ouvrage (dans mon cas, les amateurs de SF) n’hésiteront pas à profiter de la promotion tandis que les autres (les non-amateurs de SF), resteront indifférents, malgré la promotion.

Pour qu’une promotion soit efficace, il faut communiquer dessus. Vous devez impérativement mobiliser votre réseau (que vous pouvez constituer selon les conseils donnés dans l’article précédent) pour attirer l’attention, pour « faire du bruit ». Ainsi, vous pouvez par exemple annoncer la promotion de votre prochain livre et diffusez l’information à toutes vos connaissances, fans, followers Twitter, amis Facebook. Vous grimperez alors très vite dans les classements. Le jour où vous aurez un réseau suffisant large et réactif, la partie sera terminée. En communiquant intelligemment et en faisant vivre votre réseau, vos livres se vendront d’eux-mêmes.

Eden à la Une

Page d’accueil Kindle Amazon fin mai 2013 : lorsque vous êtes en tête des ventes, Amazon met votre livre à la une naturellement, comme cela a été le cas pour mon livre Eden

Le même système de promotion peut être appliqué lorsque vous publiez un nouveau livre. Je vous conseille de fixer un prix de lancement attractif pendant plusieurs jours et de communiquer sur ce lancement pour atteindre le public le plus large possible.

Surfer sur la vague du succès

Malgré tout, car il y a forcément une ombre au tableau, tous les livres se retrouvant en tête des ventes ne deviennent pas des best-sellers. Beaucoup même, après quelques jours de gloire, retrouvent les profondeurs du classement (tous les livres quittent un jour la tête du classement, il faut simplement y rester le plus longtemps possible). Il est très probable que tout cela ne soit qu’éphémère. Il se peut que votre livre ne rencontre pas son lectorat : le sujet que vous avez abordé n’intéresse pas les lecteurs ou vous n’avez pas su rendre votre livre suffisamment attractif.

Face à l’échec (relatif), il n’y a rien à faire. Il faut juste se remettre au travail, écrire un nouveau livre et ne pas répéter les erreurs passées.

Cependant, si par bonheur, il reste plusieurs jours en tête des ventes et que le rythme de celles-ci reste soutenu, il ne faut surtout pas se reposer sur ses lauriers. Vous avez là une chance unique, ne la gâchez pas. Il faut entretenir ce succès. Comment ?

Je vous recommande tout d’abord de ne pas publier un seul livre mais plusieurs, dans l’idéal trois au quatre, si possible du même genre. Vous bénéficierez alors d’un « effet catalogue » : la réussite d’un de vos livres sera la meilleure publicité pour les autres. En un mot, il vous suffit parfois de concentrer votre effort marketing sur un seul de vos livres pour que tous vos livres en profitent. En effet, quoi de plus naturel pour un lecteur, s’il a aimé votre livre, d’acheter un autre de vos livres ? Il ne l’achètera pas forcément tout de suite mais dans quelques semaines, quelques mois…

Classement Eden 6 derniers mois

On voit clairement sur ce graphique que la promotion lancée début novembre a permis à Eden de retrouver la tête du classement

Il faut également prendre contact avec ses lecteurs. D’une part, c’est une expérience formidable pour un écrivain et d’autre part, vos lecteurs, ceux qui ont aimé votre livre, vos « fans », sont vos meilleurs ambassadeurs. L’immense avantage de l’auto-édition est la liberté qu’elle procure, notamment celle de dialoguer directement avec les lecteurs et interagir avec eux, sans la barrière de la maison d’édition. Profitez-en. Cela vous rendra meilleur écrivain (songez à tous les conseils et les impressions qu’ils vous donneront) et cela renforcera votre réseau. À ce titre, je laisse dans mes livres un message à l’attention des lecteurs pour nouer un contact avec eux. C’est à vous de faire le premier pas, vous leur êtes redevables d’avoir dépensé de l’argent pour qu’ils acquièrent votre livre et ils ont pris le temps de le lire. 

Au final, vous comprenez maintenant qu’il existe des solutions pour devenir un meilleur auteur auto-édité. Cela demande beaucoup de temps, beaucoup d’implication et parfois de l’argent, selon les moyens que vous vous donnez. Le parcours de l’écrivain auto-édité est un parcours difficile et incertain mais c’est une belle aventure, faite avant tout de rencontres avec des passionnés d’écriture et de lecture. Bon courage à vous tous et n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions à me poser, je répondrai le plus rapidement possible.

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

5 Réponses à “Comment réussir dans l’auto-édition ? Partie 3 : Encourager le succès et l’entretenir”

  1. Jean-Philippe
    14 décembre 2013 à 7 h 43 min #

    Bravo Thibault pour tout ce travail d’éducation. ;)

  2. chris simon
    14 décembre 2013 à 19 h 40 min #

    Merci pour ce billet. Oui, je suis d’accord, il faut continuer, écrire un autre livre et tirer les leçons du livre précédent sur tous les plans : écriture, marketing, promo…
    Bonne continuation.

  3. thibaultdelavaud
    16 décembre 2013 à 21 h 26 min #

    Merci pour vos commentaires :) Il ne faut pas perdre de vue en effet que c’est un travail de longue haleine et qu’il ne faut pas se décourager.

  4. Jacky
    28 décembre 2013 à 13 h 12 min #

    Merci Thibault même si je connaissais un peu toutes ces recettes (grâce à Jean Philippe ;-) c’est toujours intéressant de se les remémorer et surtout de trouver, grâce à toi de nouveaux conseils pour les appliquer. Je vais partager ton article

    Bien amicalement
    Jacky
    http://www.amazon.fr/Jacky-Bourgogne/e/B00770G5P0

  5. Anna Lyra
    13 février 2014 à 11 h 47 min #

    Merci pour cet article détaillé et encourageant ! Je viens de publier mon premier roman sur Kindle (le mois dernier), et pour moi l’heure est au premier bilan.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus